La Calligraphie Moderne pour débutants… par une débutante !

Hello Modern World,

après des semaines – que dis-je !, des mois d’absence de la Toile de l’Internet (enfin, sauf si tu me suis sur Pinterest, auquel cas tu as dû me maudire pour l’invasion d’épingles), me voici de retour pour un sujet un peu particulier pour notre époque où le clavier prend toute la place : la CALLIGRAPHIE.
Certes, nous sommes loin des posts recettes anti-gaspi ou de pâtisserie que j’ai posté jusqu’ici, et pourtant, les loisirs créatifs font partie de ces choses que je voulais partager avec vous à travers « Billie & The Fireflies ». Mieux vaut tard que jamais… je me lance !

Alors je préfère prévenir tout de suite, je suis une complète NEWBIE en calligraphie, ce n’est que mon 2e essai, mais je trouvais ça intéressant de partager mon expérience au fur et à mesure avec vous, et plus particulièrement parce que j’ai passé des heures à chercher des infos sur la calligraphie dite « moderne » (par son aspect visuel), et que j’ai eu beaucoup de mal à avoir des informations précises sur le sujet. Les raisons : les rares sites sont payants, américains, mal expliqués, incomplets, vieux et/ou trop poussiéreux ; et en magasin spécialisés dans les beaux arts n’en parlons pas, ils n’ont même pas essayé de faire semblant de s’y connaitre ou de s’y intéresser. J’étais d’autant plus étonnée que, si comme moi, vous suivez l’énergie créative en ligne, il y a de nombreuses réalisations qui circulent qui mettent l’écriture et la typographie calligraphique en avant… Petite sélection de choix (de Pinterest, of course) :

… Et si vous hésitez à vous lancer, voici une petite liste d’arguments pour vous faire sauter le pas :

  1. C’est un moment de détente… reposant et destressant ;
  2. Si vous envoyez un faire-part, c’est quand même beaucoup plus sympa qu’une lettre avec une adresse mal écrite écrite au stylo-bille alors que vous avez mis le paquet sur le contenu ;
  3. Parce qu’on se plaint tous de ne plus savoir écrire quand on doit remplir des papiers administratifs ;
  4. Parce qu’un peu de fantaisie n’a jamais fait de mal à personne… bien au contraire !

Vous êtes convaincus ? Alors voici mes conseils pour bien commencer – j’éditerai l’article au fur et à mesure de mes avancées calligraphiques.

ÉTAPE 1 : CHOISIR LE BON MATÉRIEL

Forcément, on n’arrive à rien sans un bon matériel. Pour pouvoir démarrer dans la calligraphie moderne, vous aurez besoin de :

  • un porte-plume :
    Vous en trouverez pour moins d’1€ dans la plupart des magasins de beaux arts ou de loisirs créatifs. Misez sur le moins cher pour débuter, a priori ça n’a pas l’air de changer grand chose.
  • une plume :
    c’est ici que ça se corse. Techniquement, on a tous connu un jour où l’autre un stylo-plume à l’école, donc on voit à peu près à quoi cela ressemble. Mais pour la calligraphie, il y a plusieurs écoles. Je passerais sur les plumes d’oiseau, à partition, feutres, pinceaux, bambou etc. pour me contenter des plumes « basiques » à mettre sur votre porte-plume – et c’est déjà pas mal !
    > Celles qui ressemblent le plus aux plumes « anciennes » sont les plumes « à l’anglaise » , droites avec un bout très pointu, elles permettent une écriture linéaire et précise. À choisir si vous désirez une écriture fine et légère avec de légers reliefs. Par contre, je pense qu’il vaut mieux vaut avoir déjà utilisé une plume avant de les tester.
    > Autre modèle, celle que j’ai acheté : la plume « gothique » , avec un bout plat et droit, beaucoup plus simple pour le démarrage (à mon avis). Elle permet d’avoir un beau relief sur les lettres, des bâtons pleins et des courbes fines sans trop d’efforts (comme sur le modèle de lettres plus bas dans l’article). Vous trouverez plusieurs tailles en magasin, du 0,5mm au 5mm essentiellement. Comme vous pouvez vous en douter, plus la pointe est large, plus les reliefs seront prononcés. Voulant écrire sur des petites surfaces, j’ai choisi du 1,5mm de chez Brause. C’est une taille standard, mais si vous voulez créer des affiches-citations sur du A3 par exemple, prenez plus gros.
    > Enfin, dernier type : les plumes « rondes » , qui ressemblent le plus à nos stylos-plumes par la forme arrondie de ses côtés. Vous les utiliserez pour obtenir une écriture fine aux traits uniformes. Néanmoins attention ! Plus le trait sera gros, plus la pointe sera prononcée… et ronde (forme très étonnante) ! Je vous la déconseille pour commencer, elles sont un peu difficiles à manier pour les plus épaisses (la 1,5mm par exemple).
  • Un réservoir à encre (facultatif) :
    Souvent déjà intégrés aux plumes, les réservoirs se situent au dessus de la plume (et s’enlèvent). Ils permettent de ne pas avoir à remettre de l’encre à chaque lettre.
  • De l’encre :
    À l’appréciation de chacun ! Il paraitrait qu’elles sont plus ou moins épaisses et qu’ils faillent les diluer dans un récipient à part si nécessaire. De mon côté, j’ai testé une encre noire Winsor & Newton au noir profond très appréciable et une autre bleu de Prusse Ecoline – ci-dessous – que je trouve à tomber ! Elles sont bien sur non-effaçables, ce qui rajoute du charme au projet. Et pour les prochaines je pense tester doré et blanc 🙂
  • Un papier épais :
    Pour éviter que l’encre ne transperce le papier lorsque vous démarrez et que vous jaugez l’encre, évitez d’utiliser des feuilles de moins de 80/90g.m2 (et pas forcément des feuilles à calligraphie qui coûtent cher pour apprendre !). Pensez à tapoter la plume contre le bord de l’encrier avant d’écrire pour éviter les tâches et pâtés. Et pour commencer, vous pouvez également utiliser des feuilles avec des lignes ou en tracer au crayon à papier.
  • Un set de table (facultatif) :
    … mais selon moi nécessaire si j’en crois les tâches sur mon bureau en bois (en cas de tâches : alcool à 70°C ou jus de citron.. mais chez moi il en reste encore 😦 )
  • Un buvard (facultatif) :
    … comme à l’école, pour éviter d’en mettre partout !

ÉTAPE 2 : ÉCRIRE DES LIGNES DE LETTRES AVEC UN MODÈLE

calligraphy-modern-beginners

(ça c’était moi il y a quelques minutes… on commence doucement)

La tentation quand on a une plume dans les mains, c’est de se prendre pour la reine Victoria (ou Jon Snow comme vous voulez) et de vouloir écrire de longues lettres à cacheter à la cire. Heeeu. Alors. Comment dire ? On se calme ce n’est pas pour tout de suite. Retour à la maternelle, pour commencer et apprendre à écrire correctement, il n’y a pas de secret : faire des lignes de lettres.

A A A A A  a a a a a
B B B B B  b b b b b
C C C C C  c c c c c

… et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on maîtrise (et plus d’une fois).

Et pour vous faciliter la tâche, voici un modèle pour les minuscules (à imprimer, plus simple si vous l’avez à hauteur d’yeux-qui-écrivent) :


ETAPE 3 : APPRENDRE LA P-A-T-I-E-N-C-E

Ah ! Voilà exactement ce dont je parlais quand je vous disais que la calligraphie d-é-t-e-n-d-a-i-t. Car malgré ce que les tutoriels internet vous feront croire, on n’écrit pas une lettre calligraphiée bien du premier coup (voir étape 2), et encore moins en 1/2 seconde. Vous devrez donc apprendre à prendre le temps de bien peser chaque lettre, comprendre le mouvement et le reproduire dooooouuucement. Une fois maîtrisé vous pourrez aller plus vite… mais pas tout de suite 🙂 . Allez courage !

ETAPE 4 : BIEN REFERMER LE BOUCHON DE L’ENCRIER À L’INSTANT OÙ VOUS AVEZ FINI !

… Cela vous évitera les accidents malencontreux comme l’encre qui se renverse sur le bureau lors d’un faux mouvement en se relevant 😉

… Et c’est tout pour le moment ! Et comme je vous le disais, j’éditerai ce post tout au long de ma progression (et aussi sur Instagram pour les plus connectés). N’hésitez-pas à partager votre expérience avec moi en commentaire ci-dessous.

A vos plumes,

Billie

Publicités

[#JAITESTÉ] Le « TOP BODY CHALLENGE » ou comment raffermir son corps de son salon !

« #TopBodyChallenge », « #BodyShredProgram », « #TBCTeam », « #30DayShred », « #BBG », « #Kayla », « #BikiniBodyTraining », « #SoniaTLEV » …….. etc. Ces hashtags ne vous parlent peut-être pas encore mais ils sont partout sur la toile à convaincre des addicts de la procrastination de bouger leur fesses pour obtenir un corps parfait en 30 minutes par jour. Oui, oui, seulement ça, et juste 3 fois par semaine, sans bouger de chez vous. Vous n’y croyez pas ? Alors faites un petit tour sur Instagram et tapez ces petits mots clés, vous aurez plus de 1.733.173 résultats à trier rien que pour le hashtag « BBG » , dont de nombreuses images de transformations corporelles assez spectaculaires ! Et comme je ne crois que ce que je teste (St Thomas New Generation), j’ai décidé de m’y mettre moi aussi 🙂 !

UN BODY CHALLENGE / TRAINING, QU’EST CE QUE C’EST ?

Petite mise en situation. Qui n’a pas vécu ce moment un peu gênant où l’on arrive sur la plage et où l’on doit se déshabiller pour se mettre en maillot ? Vous savez, c’est souvent la que les éléments s’acharnent : la position du retrait de short dans le sable n’est pas très glamour à cause du manque de stabilité, il faut penser à se tenir bien droite en rentrant son ventre pour avoir l’air un minimum sexy en enlevant son t-shirt, éviter la position assise le dos courbé dans le sable qui fait ressortir tous les bourrelets *mode muffin activé*… et j’en passe ! Le calvaire enfin derrière nous, ventre presque plat grâce à la position de la planche sur le transat / serviette, c’est là que – cerise sur le gâteau (que vous n’avez pas mangé depuis 2 mois pour cet instant précis), une grognasse passe devant vous. Elle est ultra bien foutue, bronzée et avec des cheveux de surfeuse quand les vôtres ont du mal à se souvenir de ce qu’est la gravité. Le monde est mal fait, injuste, on le sait. Et oui, on a beau faire nos féministes à dire que « tous les corps sont beaux », à ce moment précis, on enfouirait bien nos principes et la glace que l’on vient de manger dans le sable… bien profondément.

C’est la que les « body training » interviennent. Pour ceux qui sont un peu fluent en anglais, vous aurez deviné qu’ils s’agit d’entrainements sportifs pour enfin avoir une dégaine de naïade tonique pendant les vacances et tout le reste de l’année (bon, pour les cheveux pourris par contre je suis désolée mais ça, c’est un autre débat). Pour la modique somme – beaucoup trop chère – de plus d’une 50e d’euros, Kayla, Sonia et les autres traineuses de l’extrême vous enverront votre petit PDF sportif avec un complément nutrition pour devenir bonne de chez vous en 12 à 24 semaines (à raison de 3 entrainements par semaine de 30 minutes, comme dit plus haut). C’est ce que j’ai fait. Retour sur investissement.

LES TRAINING, ENTRAINEMENT MIRACLE POUR LES NULS OU ARNAQUE ?

N’ayant pas testé tous les programmes existants pour avoir un avis généralisé, je me contenterai des deux programmes que j’ai vu, lu et/ou testé : le « Bikini Body Guide » de Kayla Itsines et le « Top Body Challenge » de Sonia Tlev.

excuse_workout

1/ le BIKINI BODY GUIDE de KAYLA ITSINES

Pour celui de Kayla, ça va être rapide : j’ai fait une tentative, j’ai morflé sévère limite-agonie pendant 20 minutes, j’ai arrêté. Pourtant, certaines personnes de mon entourage qui l’ont fait – et continuent encore – m’en ont donné un retour plutôt très positif. Et comme Kayla le préconise, il vaut mieux avoir fait 2-3 semaines de cardio / salle avant de commencer son entrainement – voilà pourquoi la newbie que je suis a ressenti ça comme une torture sans fin. Donc, je re-essaierai et je vous tiendrai au courant. Tout ça pour ça, je vous l’accorde. Enfin, pour conclure sur l’entrainement « BBG », je vous conseillerai d’essayer rien que parce que je suis fan du personnage. Kayla est une de ces femmes comme on aime en rencontrer : battante, business woman et elle a l’air tellement sympa qu’on a d’autant plus envie que ça marche.

1/ LE TOP BODY CHALLENGE DE SONIA TLEV

Maintenant … LE VIF DU SUJET : le TOP BODY CHALLENGE, (dont je sauterai la partie sur le guide de nutrition que je trouve insuffisant et peu original) ! Au départ, j’étais un peu mitigée sur cet entrainement malgré les « preuves » de réussite que je pouvais trouver sur Instagram. Mon premier a priori était assez futile, puisque c’était qu’à l’inverse de Kayla, je n’arrivais pas à accrocher à la personnalité de Sonia. Quand la première donne l’impression d’une femme qui a la gagne et qui en veut, l’autre donne plutôt l’air d’une housewife pas du tout désespérée en mal d’activités – ce qui est surement faux – et qui a un peu de mal avec la grammaire et l’orthographe. Pour autant, l’entrainement semblait plus accessible aux débutant(e)s alors j’ai tenté l’expérience. En résumé, le programme vendu par Sonia c’est : 12 semaines et 3 entrainements de 30 minutes par semaine (abdos et cuisses, bras et fessiers, total corps) pour être au top. Dit comme ça, ça semble rapide et plein de promesses !

Retour sur mon « expérience ». Les premières semaines ont été relativement faciles. Je ne dis pas que je ne souffrais pas, mais c’était tenable. Je sentais que ça travaillait mais que j’y arrivais et que derrière je pouvais continuer ma journée sans être épuisée. Les premiers résultats ont été rapides puisque déjà au bout de 3 semaines j’ai commencé à voir un effet sur mon corps grâce à des photos « avant / après ». J’ai également couplé le début de mon entrainement avec un gros déménagement et l’adoption d’une plus ou moins « healthy life« , c’est à dire arrêter de manger des bonbons et des pâtes au pesto à tous les repas, pour faire des assemblages plus nutritifs sans pour autant me priver – histoire de ne pas souffrir pour rien. J’ai commencé à privilégier les protéines, légumes, céréales et les fruits (dont les incontournables smoothies bowls dont j’ai mis quelques recettes sur le blog).
J’en suis maintenant à la 9e semaine (réellement 12 semaines mais j’ai recommencé quelques cessions pour cause d’emploi du temps chargé) et je dois dire que je suis très satisfaite du résultat. Bien sur, des fois c’est compliqué de trouver un moment ou même la motivation de se consacrer à son entrainement, ça fait mal – j’agonise un peu quand il fait chaud et sur certaines cessions difficiles. Ça fatigue aussi oui, mais quand on voit son corps évoluer et que l’on se sent beaucoup mieux, on se dit que ça vaut le coup de galérer pendant approximativement 30 minutes. C’est aussi un bon compromis pour avoir un corps ferme et harmonieux sans devenir une psychopathe qui compte toutes les calories qu’elle mange – j’ai donné, je sais de quoi je parle.

Le seul point négatif que j’ai trouvé, c’est que l’on a l’impression que le guide a été fait à l’arrache et certains détails manquent.
[Premier jour gratuit à télécharger ici pour voir de quoi je parle]
Chaque session est composée de 2 circuits de 3 exercices à faire 2 fois en 10 minutes + 1 dernier circuit de 3 exercices également à faire 1 fois en 10 minutes (ouh, ça fait beaucoup de chiffres). Or, sur certains circuits, mathématiquement / à vue de nez, on se doute qu’on aura du mal à tout faire en 5 minutes puisque le premier exercice demande une pause de 30 secondes au milieu et le dernier fait 4 minutes.. donc il faut faire les deux exercices restant en moins de 30 secondes ?? #Flash. Bref, pas clair. Aussi, certains circuits manquent d’explications alors on se perd un peu. Donc, pour voir large, comptez 45 minutes minimum pour certaines sessions et quelques semaines d’adaptation avant de comprendre le fonctionnement de certains circuits.

LA CONCLUSION SUR LES TRAININGS

Pour conclure, je reviendrais sur quelques « conseils d’utilisation » personnels concernant les trainings qui me semblent indispensables aux vues de certains VLOG que j’ai regardé avant d’écrire mon article et dont les arguments d’arrêt du challenge étaient d’une débilité profonde et d’un vide sans nom.

1/ Un entrainement sportif, même le plus « girly » comme ce genre de challenge, reste un peu comme un régime alimentaire. Ne pensez pas que c’est une nouvelle solution miracle et que vous y arriverez sans vous donner un minimum. Les miracles n’existent pas. Vous devriez le savoir depuis le temps ! Cela demande un minimum discipline et de volonté pour arriver au but voulu. Il ne faut pas croire que « pour les nuls« , veut dire « sans efforts » car vous finirez forcément par vous lasser avant la fin. Le but est de commencer par ce genre de training facile d’accès, assez rapide à faire, peu contraignant et dont les résultats arrivent vite pour faire en sorte que le sport devienne un nouveau style de vie pour un nouveau départ, plus sain et plus confiant. Prenez-le comme un coup de pouce pour arrêter de cracher vos poumons après 2 étages à pieds et arrêter les régimes yoyo qui n’ont jamais marché.
2/ Aussi, se tonifier est comme lorsque l’on tente de perdre du poids pour une autre raison : au début ça marche fort, après ça se stabilise progressivement.. mais il ne faut surtout pas se décourager et perdre patience. C’est justement le moment où ne pas abandonner et continuer.
3/ Enfin, faire du sport doit rester un plaisir sans devenir une addiction incontrôlée, car comme pour tout, il faut savoir garder ses plaisirs dans un coin – et généralement ça fonctionne mieux comme ça. Continuez à manger des gâteaux plein de sucre et de gras de temps en temps, sautez des entraînements pour voir ses amis, etc. Ça a l’air complètement niais comme ça je vous l’accorde, mais le plus difficile reste le plus souvent de trouver son propre équilibre.

Alors, à vos haltères et on s’en reparle dans 12 semaines 😉 !