ROAD TRIP IN IRELAND : de DUBLIN à GLENDALOUGH (#1)

J’ai mis un peu de temps avant de savoir comment commencer cet article. En effet, contrairement aux articles de blogs souvent dithyrambiques que j’ai lu sur les road trips en Irlande, nous sommes rentrés assez mitigés de ce voyage. Alors non, je ne voulais pas catégoriser l’expérience comme ayant été complètement affreuse, mais en même temps je ne voulais pas omettre le fait que nous sommes rentrés de notre voyage avec une grosse pointe de déception. La faute à pas de chance ? à la mauvaise organisation ? à trop de route ? Ou peut-être était-ce un peu comme ces films qu’on nous survend et qu’on finit par trouver moyens ?

Sûrement un peu de tout ça mais en tout cas, en conclusion, l’Irlande, c’était bien mais pas trop. Désolée amis Irish ! Pourtant, je vais essayer de me concentrer sur les choses sympa qu’on a pu faire, parce que ce n’était pas le bagne non plus hein, et puis je vais profiter de mon expérience pour en sortir un petit do / don’t en Irlande pour ceux qui planifieraient un voyage dans le coin 🙂

Pour commencer, voici une partie de la route que nous avons faite, soit en cumulé quasiment 24h sur les 7 jours passés en Irlande – parce que les distances sont courtes mais les trajets très longs (voici une première erreur à ne pas commettre… LI-MI-TEZ vous !).


En plus de ce trajet, nous avons fini par Newsgrange et Drogheda (à 20min de Dublin), avant de reprendre l’avion à Dublin.

Nous sommes donc arrivés à Dublin le 31 décembre – nous n’avons pas eu vraiment le temps de visiter forcément, entre le 31 sous la pluie et le 1er férié, nous voulions juste nous contenter d’un petit déjeuner avant de prendre la route pour visiter les ruines d’un monastère irlandais à Glendalough (quitte à ce que tout soit fermé le 1er, autant partir tôt). On s’était dit, on reviendra visiter Dublin en week-end, ce sera plus simple ! (en fait maintenant, on hésite…)

Notre AirBnb n’étant pas en plein centre et ne voulant pas perdre du temps à marcher jusqu’au centre, nous avons quand même trouvé pas loin l’auberge Generator, que j’ai pu tester à Londres, et nous nous sommes donc arrêtés dans leur bar pour prendre un petit déjeuner.

generator-breakfast

Le petit déjeuner était très correct pour le prix – d’autant plus que tout autour, tout n’ouvrait qu’à midi, donc on était quand même bien contents (maaannggeeerr) !

generator-hostels-dublin

De ce qu’on a pu voir, l’auberge semble tout aussi moderne et agréable qu’à Londres : billard, décoration très vive, espace de vie, bar convivial, coin DJ… De quoi convaincre les plus sceptiques sur les auberges de jeunesse !

Un petit passage au Fresh « the Good Food Market » en face histoire de se faire racketer d’acheter de quoi déjeuner et nous voilà prêts à faire la route jusqu’à Glendalough (et de serrer les fesses sur les premières minutes de la conduite à gauche).

GLENDALOUGH

01012017-dlg_0494

Un peu plus d’une heure plus tard, nous voici arrivés sur le site de Glendalough. Il semblerait que quelques familles aient eu la même idée que nous et ont profité du dimanche (férié) et du temps plus ou mois clément pour faire une sortie.

Au cours de la visite, nous avons pu découvrir l’ancien monastère en pierres entouré d’un cimetière, ce qui semble assez typique des ruines de la région.

glendalough-1

glendalough-2

Ensuite, deux chemins s’ouvrent à la visite : un côté au coeur de la forêt, le second en faisant le tour par la plaine pour voir le site de loin, les deux conduisant à « L’upper Lake ».

glendalough-3

Nous avons choisi le plus long, du côté de la plaine, par le chemin que voici.

glendalough-4

On ne rigole pas avec les moutons en Irlande 😉

glendalough-5

glendalough-5

Arrivés à l’Upper Lake (juste derrière la photo ci-dessus), nous avons pris le chemin qui montait jusqu’aux cascades.

glendalough-6

glendalough-7

Mini cascadounettes, un peu décevant… Mais j’ai pu faire mumuse avec mon trépied et mon appareil (et j’ai pu regretter l’achat d’un filtre qui m’aurait aidé à faire de jolis effets … aaaahh)
.. Enfin, on redescend à l’Upper Lake…

glendalough-8

Classe non ? … mais le soleil se couche, il est déjà l’heure de repartir ! Ah oui, parce que bon Janvier = journées courtes 😦

glendalough-sunset

En conclusion :

Les points positifs :
– Un joli endroit pour découvrir la nature irlandaise proche de Dublin
– Une belle balade en famille

Les points négatifs :
– Un trajet beaucoup trop long pour « peu » de choses à voir
– Pas forcément le plus bel endroit de l’Irlande quand on est en road trip avec un temps restreint 🙂

Je conseillerai donc la visite de Glendalough à ceux qui restent un moment à Dublin et qui veulent visiter les alentours sans faire trop de route.

… au prochain « épisode » : l’arrivée à Kilkenny !

[#THETRAVELLINGFIREFLIES] Jamais deux sans trois.. Let’s travel the world (.. enfin, une partie !)

And so… the adventure begins !

Depuis quelques mois, je suis obnubilée par un mot : « ENTREPRENDRE ». Comme beaucoup d’entre nous, je me suis rendue compte que je passais ma vie dans le flot, à observer où elle me menait, sans prendre réellement conscience qu’elle défilait et que je n’en avais pas le contrôle. Mais, peut-être la crise de la pré-trentaine, peut-être les aléas de la vie, j’ai décidé que ça ne devait pas être ainsi. Ça ne pouvait pas être ainsi. Qu’il fallait que je commence à prendre des décisions et je laisse parler la flamme du challenge en moi, celle que j’essayais de maintenir tant bien que mal par des petits défis inconscients.

Parce qu’en parler, c’est s’obliger à le faire…

Pour commencer à concrétiser les choses et me forcer à avancer, j’ai commencé un blog que j’ai appelé à l’époque « Velvet Lemonade ». Le but : réaliser 70 pâtisseries en l’espace d’un an (j’ai donc comme deadline le 11 octobre 2015). Celui-ci prend forme, doucement mais sûrement, et je commence à sentir qu’il porte ses fruits puisque mon intuition culinaire commence à se transformer en un début de savoir-faire assez jouissif. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que lorsqu’on ouvre la porte aux défis, la volonté de se challenger ne fait qu’accroître et je me suis vite sentie trop enfermée dans un projet qui n’était pas SUFFISANT. A l’image d’un junkie sans sa dose, j’avais besoin de plus. Alors, après un déclic quasi-instantanée, j’ai su ce qu’il me fallait : MONTER MON ENTREPRISE. Je suis freelance depuis deux ans maintenant – déjà – et, non heureuse d’être ma propre patronne et de travailler en pyjama, j’ai toujours ressenti une frustration de ne voir qu’une partie de mes capacités exploitées. C’était parti pour un nouveau défi : j’ai exploré les pistes, intégré une formation, et cette fois encore, je me suis rendue compte que j’avais « visé trop petit » dans ma manière d’envisager mon entreprise. Quelque chose clochait, je n’avançais plus parce que mon concept n’était pas encore assez fort pour être concrétisé.

… Mais où trouver de l’inspiration ?

Lors des différentes interventions de ma formation, on me parlait d’aller à la rencontre des gens, des clients, de parler de ses projets mais aussi d’être conscient de son caractère, de ses envies, et d’exploiter ses passions pour sortir un projet de vie à la hauteur de ses ambitions. Sauf que jusque là, j’avais parlé à des gens, j’avais vu ce qui se faisait en France, j’étais plus qu’au courant de ce qu’en pensait mon entourage et les personnes concernées par mon projet… et à nouveau, ce qui « se fait » ne semblait pas correspondre au modèle que je cherchais. Mais alors…. peut-être que la réponse « est ailleurs ».

Sortir de sa zone de confort !

bilbo_adventure

A l’image de Bilbo qui qui prend son sac à dos et décide contre toute logique sécuritaire de partir aider des nains qu’il connait à peine à reconquérir le Royaume sous la Montagne des griffes du dragon Smaug (#geekerie), c’est à mon tour de sortir de ma zone de confort et de partir à l’aventure. Ce troisième et ultra-scary projet est… *roulement-de-tambour* de faire un mini-tour de l’Amérique du Nord à la rencontre de ces entrepreneurs qui sont partis pour trouver leur modèle de réussite et réaliser leur passion au delà de l’Atlantique.

Alors me voilà, guides en main, budget dans mon iPad en cours, à regarder comment voyager, où, comment, qui… Les objectifs étant de continuer à bosser sur place (Digital Nomade mode : on, vive le travail nocturne avec le décalage horaire) de ne pas revenir ruinée ou d’écourter mon séjour par manque de budget. Va falloir la jouer serrée. Pourquoi pas trouver des sponsors ? Des canapés à squatter ?

En tout cas c’est dit ! C’est en cours… Et du coup j’en viens à vous si vous avez des supers plans, des bonnes adresses, des contacts intéressants. Aussi, si certains d’entre vous ont déjà entrepris des voyages à l’arrache, vos conseils et votre expérience sont les bienvenus, n’hésitez-pas !

Voilà la liste provisoire des villes que j’ai choisi (ouverte aux idées) :

Canada : – Toronto – Montréal – Vancouver

Etats Unis : – San Francisco – Los Angeles – New Orleans – New York

Je profiterai de ce blog pour faire état de mes avancées, et espérons de mon voyage !

À très vite,

Billie